Après la flambée des prix des matières premières, vient une importante difficulté d’approvisionnement. Acier, cuivre, bois de construction, polystyrène, PVC, polyuréthane…, tous les secteurs ou presque sont touchés. Un constat inquiétant pour les différents acteurs du secteur du bâtiment.

D’où vient cette pénurie ?

 

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette hausse de prix.

L’arrêts de hauts fourneaux : la fermeture massive des usines consommatrices d’aciers (automobile, construction…), dû à la crise du covid, ont obligé les sidérurgistes à arrêter les hauts fourneaux. Environ 50% de la production européenne a été stoppé. En septembre 2020, vient un retour progressif de la demande, les hauts fourneaux, eux, ne se sont pas redémarrés. Les stocks quant à eux commencent à s’épuiser. Tout ce processus a donc engendré un décalage entre l’offre et la demande qui a amené à l’augmentation des prix et des négociations qui se font, maintenant, au mois le mois.

D’autres facteurs ont amplifié les tensions sur les approvisionnements en matière première : un accident dans une usine, la maintenance d’unité de production, les conséquences de la crise sanitaire, des conditions météorologiques difficile (vague de froid notamment au Texas qui a engendré des coupures d’électricités), ou encore la forte demande reprise de certaines industries.

Cette pénurie de matériaux s’explique aussi par la politique de taxe de bois canadien menée par l’ancien président des Etats-Unis, Donald Trump. Celle-ci a poussé les entreprises américaines, qui s’approvisionnaient auparavant au Canada, à se fournir en bois en Europe à des prix beaucoup plus élevés. Ce qui a donc provoqué un amenuisement du bois disponible en Europe, et un fort accroissement des prix.

Ce phénomène est aussi amené par l’augmentation du prix des frais de transport de marchandise, à hauteur de +400% pour les conteneurs. La raison ? L’embouteillage du canal de Suez, provoqué par l’échouage du porte-conteneurs Ever Given s’étant produit le 23 mars dernier.

Quels matériaux sont impactés ?

 

Les trois matériaux les plus touchés sont l’acier, le bois et les matériaux constituant les peintures. Cette pénurie s’explique notamment par la reprise de l’activité précoce de la Chine et des Etats-Unis. Cela handicape l’industrie du bâtiment français et européen. L’acier, lui aussi touché, concerne principalement les entreprises de gros œuvre et d’électricité (cuivre). Depuis un an, le prix de l’acier a augmenté de près de 50%, le prix du bois de 25%, et celui des résines de peintures de 10% selon la Fédération Française du Bâtiment.

En conséquence

 

Les entreprises dont les carnets sont remplis depuis la reprise de l’activité sont fortement touchées par cette pénurie. Elle frappe également la filière des travaux publics, déjà secouée par la conséquence de la crise sanitaire. Les magasins de matériaux de construction sont eux aussi concernés par l’indisponibilité des matériaux et les retards de livraison.

Depuis la crise sanitaire, les Français se sont découvert une passion pour la rénovation de leurs logements et le bricolage, malheureusement une hausse significative dans les magasins spécialisés est à prévoir. Il sera de plus en plus compliqué de s’y procurer certains matériaux.

Source :

Le Moniteur – Après la flambée des prix, la menace de la pénurie

Batimat – Pénuries de matériaux de construction. Les chantiers bientôt bloqués ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.